Patrick Cohen et les milliers de graffiti dégueulasses de Twitter

Edit, 26 janvier 2012 à 8h05 : Je vous recommande de lire dans les commentaires ci-dessous la réponse de Patrick Cohen qui précise avoir parlé de « dizaines » de messages (et non milliers) et ne pas généraliser son jugement à l’ensemble des utilisateurs de Twitter.
Les mots exacts seraient « des dizaines et des dizaines », ce qui ne m’aurait toutefois pas fait écrire ce billet autrement.
——————–

Tous les matins vers 7h43, Patrick Cohen, animateur du 7-9 de France Inter, s’offre deux petites minutes à part pour traiter un sujet souvent politique de manière ironique et personnelle. Deux minutes bien souvent agréables et dont le ton tranche avec le journal de 7h30 forcément plus convenu (en tout cas voulu plus objectif) qui le précède immédiatement.

Ce matin, Patrick Cohen a décidé de parler aux auditeurs de la bourde (la lapsus, l’erreur, appelez ça comme vous le voudrez) d’Hervé Morin qui racontait avoir assisté au débarquement de Normandie… Et le journaliste de nous raconter comment le candidat du Nouveau Centre était devenu l’objet d’amusements pour bon nombre d’utilisateurs de Twitter qui le surnommaient « Morin Mc Fly » en référence au personnage du film Retour vers le Futur.

« Qu’est-ce qu’on rigoooole sur Twitter », nous dit Patrick Cohen en exagérant. Soit, il n’est peut-être pas très fan du réseau, c’est son droit.

Jusque là donc, tout va bien. Jusqu’à ce que Patrick Cohen enchaîne sur un tout autre sujet beaucoup moins drôle : le suicide de la femme de Luc Chatel qui aurait généré sur Twitter des blagues du plus mauvais goût. Et l’animateur se lâche :

Et oui, c’est aussi ça Twitter, des milliers de graffiti dégueulasses, pire que les murs des chiottes, et qui en ont d’ailleurs souvent l’odeur.
[Je précise ne pas mettre de guillemets car je vous livre ces propos de mémoire, ces deux minutes étant la seule chronique à n’être jamais disponible à la réécoute sur le site de France Inter]

Si les faits sont vrais, Patrick Cohen à tout à fait raison. Mais cette charge très violente contre Twitter me laissa alors perplexe pour la simple et bonne raison que je n’ai pas vu passer la moindre « blague » sur ce triste sujet.

Alors j’ai posé la question autour de moi. Et visiblement je n’étais pas le seul dans ce cas.

Et puis, finalement, certains utilisateurs de Twitter disent avoir effectivement lu dans leurs fils de tweets quelques messages à l’humour plus que douteux.

Et puis je suis tombé sur ce message de @Catnatt, retweeté plusieurs dizaines de fois :

Alors je les ai cherchés ces tweets en question. Et je les ai trouvés. Ils sont peu nombreux mais ils existent. Par exemple ici. Ou . J’en ai lu une dizaine.

Alors, sur ce point, je suis d’accord avec Patrick Cohen : ce genre de message est puant. Certains répondront qu’on peut rire de tout, l’expression passe partout qui permet de ne rien justifier. Mais l’humour noir ne dispense pas d’être drôle. Et il est certaines situations où laisser place au silence est une posture bien plus intelligente.

On est toutefois loin, très loin, de la généralisation faite par Patrick Cohen et ses « milliers de graffiti dégueulasses ». Non Patrick, quelques uns tout au plus. Ce que j’ai vu en faisant ces quelques recherches, c’est de bien plus nombreuses condamnations desdites « blagues ». Ce que j’ai vu surtout, c’est beaucoup de retenue, de compassion et de silence.

Quand on est à la tête d’une des matinales les plus écoutées de France, on peut difficilement se permettre ce genre de généralisation qui peut être ressenti comme insultante pour ceux de vos auditeurs qui sont aussi adeptes de Twitter. Je vous le dis d’autant plus amicalement que je suis un fidèle du 7/9 et que j’ai beaucoup de sympathie pour le travail que vous y faites. Sur Twitter, comme partout ailleurs, il y a de la bêtise mais elle est très loin d’être représentative de ses utilisateurs.

24 réflexions au sujet de « Patrick Cohen et les milliers de graffiti dégueulasses de Twitter »

  1. Oui. J’abonde. Moi aussi j’ai été interloqué par la virulence de Patrick Cohen à l’égard de Twitter. J’ai fait les mêmes recherches. Je suis tombé sur les mêmes âneries, mais j’ai surtout vu des messages de soutien et de sympathie pour Luc Chatel et sa famille.

    Je partage votre analyse, il n’y a rien à ajouter.

  2. J’aime Twitter tout le temps, sauf dans ces moments où la course permanente à la dérision conduit à des messages indignes. J’ai peur d’être assez d’accord avec Cohen sur ce coup là. Même si la retenue était plutôt de mise dans le cas précis évoqués, une retenue qui a manqué dans le cas de la tentative de suicide d’une ex candidate de télé réalité ou quand la peine de mort est évoquée pour une chanteuse coupable de succès populaire.

    • Oui, un certain respect à géométrie variable qui fait parfois oublier à certains cette retenue. Dommage en tout cas que Patrick Cohen n’ait pas choisi le bon exemple ni la bonne méthode.

  3. Est-ce que par hasard certains twittos auraient été désagréables avec P. Cohen ? ou avec @f_inter ?
    Aurait-il par été chiffonné par les commentaires sur la très pitoyable prestations de Mme Jouan lors de l’éditions de « Des paroles et des actes » avec Mélenchon sur France 2 ?
    On ne peut pas croire une chose pareille…

  4. Je ne vais pas sur twitter mais j’ai lu ici, sur certains blogs wordpress, de véritables horreurs… Quant à Cohen… Il s’est emporté peut-être du fait de son indignation et nous a balancé une généralité mal calibrée?…

  5. Cher Florian, vous avez cru entendre « des milliers de graffitis », soit le centuple de ce que j’ai vraiment dit à l’antenne de France Inter : j’ai parlé de « dizaines ». Ce qui a suffi à me faire bondir, mais qui ne méritait sans doute pas de jeter l’opprobre sur Twitter et l’ensemble de ses utilisateurs, je vous l’accorde. En attendant, grace à vous, Twitter commente et dénonce mes « milliers »…

  6. Le mieux quand on écrit un article, c’est quand même d’être certain des citations qu’ on veut dénoncer…

    • J’ai expliqué qu’il n’était pas possible de la réécouter.
      Comme je l’ai dit à Patrick Cohen, certes la proportion n’est pas la même mais cela ne change rien à l’impression de généralisation donnée par l’intervention. J’aurais écrit exactement le même billet avec « des dizaines et des dizaines » (qui semblent être les mots exacts).

  7. Lundi matin, mes collègues qui savent que je suis sur twitter sont venus me demander si c’était vrai que twitter s’était déchaîné de façon malsaine à propos du décès de Mme Chatel. J’étais surprise (et contrariée) parce que moi non plus, je n’avais rien vu passer sur ma TL, à part UN commentaire inopportun (je suis plus de 300 personnes).
    Je ne sais pas ce que Patrick Cohen a dit précisément, mais ils est évident que ça a donné une image fausse de la réaction de twitter à cette triste nouvelle, et c’est regrettable.

  8. Je confirme le « dizaines et dizaines » (je te l’avais d’ailleurs signalé tout de suite). Ce n’est pas pareil que « des milliers », mais pas non plus que juste « des dizaines » comme l’écrit Cohen…😉

    Je comprends que modifier l’url du titre soit compliqué (les liens précédemment postés ne fonctionneraient plus), mais tu pourrais peut-être modifier le titre (ça reste indépendant de l’url). Bravo en tout cas à Cohen d’avoir répondu en nuançant son propos.

    • Oui, merci à lui pour sa réponse.

      Quant au changement de titre, je ne suis pas pour. Je préfère assumer l’inexactitude de ma restitution plutôt que de l’effacer et de faire comme si elle n’avait pas existé.
      J’ai néanmoins édité une mise à jour en bas du billet et signalé à 3 reprises aujourd’hui sur Twitter le commentaire de Patrick Cohen, avec lien direct vers celui-ci.

  9. « Alors, sur ce point, je suis d’accord avec Patrick Cohen : ce genre de message est puant. Certains répondront qu’on peut rire de tout, l’expression passe partout qui permet de ne rien justifier. »

    Pas vraiment d’accord avec ça. Pourquoi n’aurait-on pas le droit d’être méchant gratuitement ? Ma TL a retwitté bon nombres de ces mauvais mots, j’en ai même pondu certains… Mais soyons d’accord, ça aurait pu être n’importe qui, même quelqu’un de ma famille, ça m’aurait fait rire. Chacun réagit à sa façon face aux évènements. J’ai bien assez pleuré ces 30 dernières années, je compte bien rire de tout quitte à en vexer pleins dans les 30 années à venir.

    • Remarque intéressante, je vous comprends. Peut-être peut on rire de tout, je n’en sais rien. Mais si c’est le cas, l’humour noir requiert – je crois – un savoir-faire qui n’est certainement pas à la portée de tous.

      • Bien sûr que si. Je ne tweete pas mais tout le monde peut faire de l’humour noir. Nous, citoyens, non seulement nous devons tout encaisser (crise, chômage, baisse du pouvoir d’achat, etc.) et, en plus, nous devrions laisser aux humoristes le droit de faire de l’humour. Et puis quoi encore? (je précise: je régis vivement mais je n’ai rien contre vous). Le droit d’expression, ça existe (sauf évidemment quand c’est réprimé par la loi). Des milliers de gens se suicident et personne ne pense à en rire . Toutefois, lorsqu’il s’agit du gouvernement, c’est différent (encore une précision: pour avoir souffert du suicide d’un proche, je n’ai pas pensé à sourire à l’écoute de cette info). Il faudrait peut-être se demander POURQUOI? au lieu de dire que ces tweets sont dégueulasses. Si ce n’était pas la femme de Luc Chatel, Ministre de l’éducation, personne n’aurait fait de blague. L’humour, c’est à mon avis la soupape du peuple quand le pouvoir est à ce point autiste et privilégie une petite caste au détriment du bien commun (au fait, je ne suis même pas d’extrême gauche mais le Président et son gouvernement sont allés trop loin, nous avons ouvert les yeux).

  10. Il n’est guère contestable qu’il existe des dizaines de blagues sur la mort de Lady Di, et même sur les morts du 11 septembre, et que certaines de celles-ci… sont drôles. C’est de l’humour noir, forcément, mais ça reste de l’humour. (Quelle est la dernière chose qui soit passée par la tête de Lady Di ? Sa colonne vertébrale.)

    Après, il faut reconnaître que Twitter est placé dans cette bulle d’instantanéité, qui n’est sans doute pas compatible avec l’humour (trop) noir : quand on parle d’un événement à l’instant où il se déroule, on manque, par définition, de recul sur celui-ci. Et l’humour noir, c’est forcément une manière de désacraliser, de prendre de la hauteur. Il ne peut venir que dans un second temps.

    Et c’est justement une conséquence de l’incroyable accélération de l’information, (notamment) induite par Twitter : deux heures après des faits, ceux qui étaient devant leur TL au bon moment ont DÉJÀ le sentiment que ce fait est lointain, alors même que la nouvelle n’est encore pas même donnée par les médias traditionnels. Il en ressort forcément une distorsion du temps et du recul, l’humour noir arrivant plus rapidement que précédemment.

    Enfin, il me faut bien abonder dans ton sens : l’humour noir requiert un minimum de savoir-faire… Mais on ne reproche pas aux poivrots des bistrots de manquer de sens littéraire. peut-être Patrick Cohen devrait-il juste renouveler sa liste de followers… 🙂

    • Excellent commentaire auquel je n’ai pas grand chose à ajouter. Si ce n’est que oui, j’ai déjà ri à des blagues sur la mort de Lady Di (comme nous avons tous fait de l’humour sur celle de Claude François, pour ne citer qu’un exemple) mais pas à celle que tu cites😉

      Tu soulèves la composante de l’instantanéité et, du coup, je me demande si toute cette problématique ne se résume pas à un syllogisme :

      L’instantanéité est l »ennemi de l’humour noir
      Or, Twitter est le royaume de l’instantanéité
      Donc humour noir et Twitter sont incompatibles…?

  11. Patrick COHEN !!! Quelle petitesse ! Quel arrivisme ! Pourquoi contaminer les média ainsi ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s