Adieu Twittos, bonjour Twitteros

En ce début 2012, j’ai trouvé un nouveau combat dans lequel je souhaite m’engager. Ca m’est venu devant la télé ce lundi soir. Plus précisément devant France 2 qui diffusait son magazine « Un Oeil sur la planète » consacré cette fois au Mexique.

L’un des reportages s’intéressait à la violence des cartels qui gangrène la société mexicaine. Dans cet univers-là, les réseaux sociaux prennent de plus en plus d’importance, notamment parce qu’ils sont un nouveau lieu de lutte entre pro et anti-cartels.

Les journalistes nous proposent alors de suivre un utilisateur de Twitter… Et c’est là que tout s’éclaire : le commentaire nous apprend qu’on appelle là-bas les utilisateurs de Twitter des « Twitteros ».

Génie. Cela fait des années qu’en France nous devons supporter le surnom de »Twittos ». Au début, la plupart s’en indignait – avant même que le mouvement du même nom n’existe (eh oui c’est ça Twitter, toujours un temps d’avance). Aujourd’hui, nous nous en sommes accommodés, faute de mieux.

Et voilà que débarque le Twittero, tout droit venu du Mexique. Ça a quand même plus de classe un Twittero, non ? Bien plus qu’un twitto sorti de sa cour d’école. Ça a un côté à la fois romantique et efficace, tel un pistolero du bon mot. Bref, l’appellation idéale pour que tous ceux qui n’accordaient que peu de crédit à ce réseau revoient complètement leur jugement.

Alors voilà, j’ai décidé de militer officiellement pour l’adoption de « Twitteros » pour dénoncer les adeptes du twitt en France. Et ceci est le billet qui signe mon engagement.

Mais ce combat ne se gagnera pas seul alors engagez-vous pour que le twitto ne soit plus qu’un lointain souvenir.

7 réflexions au sujet de « Adieu Twittos, bonjour Twitteros »

  1. Suite à cette proclamation, Charles Pasqua aurait déclaré : « Nous allons Twitterroriser les Twitterroristes ».

  2. Non, non et non. Twittos, nul, Twitteros, nul aussi. Moi je lutte pour Twitterer, comme gamer, player, lover, etc.

  3. Il est plutôt absurde de former un néologisme français sur la base d’un préfixe anglais (des Etats-Unis, terre de naissance de Twitter) et d’un suffixe espagnol (l’Espagne n’a rien à voir dans l’histoire).

    Sachant qu’aux Etats-Unis on utilise plutôt « tweeter » ou « tweeterer », sachant que les dictionnaires français (Larousse, Robert) ont validé le verbe « tweeter » et le substantif « tweet », il serait plus cohérent de rester sur cette lancée et de former les mots français « tweeteur » ou « tweetereur ». Le premier est plus simple, plus efficace, et se féminise aisément.

    « Twittero[s] » reste un étrange attelage dérivé de « twitto[s] », qui n’était qu’à l’origine qu’une blague de potache (et qui aurait dû le rester).

    Aussi milité-je, de mon côté, pour l’abandon de tout suffixe espagnol et pour l’adoption de « tweeteur ».

  4. Ping : Les meilleurs twitteros de Rouen | 12décembre | 12décembre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s