Cocoon, Yodelice, Stéphane Rousseau… 5 artistes qui ont fait l’Olympia en 2011



Mon premier souvenir à l’Olympia remonte au 31 décembre 2000 : ce jour-là, je passais la soirée du réveillon avec Jamel Debbouze qui jouait pendant 3 semaines à guichets fermés son spectacle « Jamel en scène ».

Depuis, j’ai eu plusieurs fois l’occasion de revenir dans la salle mythique parisienne, et notamment en 2011. Alors, en cette période de fin d’année où les rétrospectives sont de mise, voici 5 artistes qui ont fait l’Olympia en 2011 et que vous aurez peut-être envie de revoir en 2012.

Yodelice

Le 21 mars, je me retrouve à l’Olympia pour le concert d’un artiste que j’avais alors envie de voir depuis un moment : Yodelice, alias Maxim Nucci. J’avais aimé son album « Tree of life », sorti en 2009 (avec son fameux single « Sunday with a flu) et j’écoutais en boucle son dernier opus « Cardioid » dont toutes les chansons sont une réussite, particulièrement sur le plan musical, rythmé, punchy et créatif.
Les mêmes adjectifs sont applicables à son concert : un vrai bon moment musical où le public a pris son pied au moins autant que le chanteur, visiblement content d’être là et même étonné lorsque les voix venues de la salle ont brillamment couvert la sienne sur la chanson « Sunday with a flu ». 

Une mention particulière aussi pour la première partie du concert Hollysiz. Vous ne les connaissez pas ? Normal ça sert à ça les premières parties, à découvrir de nouveaux talents, même si la chanteuse n’est pas une complète inconnue : Cécile Cassel. Oui, fille de et soeur de, mais pas que. J’ai été agréablement surpris par le bon rock délivré par Hollysiz et la très belle voix de Cécile Cassel. A suivre…

Cocoon

Le 26 avril, c’est au tour de Cocoon. Ce duo (Mark et Morgane) hyper sympa connaît le succès depuis la sortie de son premier album « My friends all died in a plane crash » en 2007 et j’avais très envie de voir ce que donnaient sur scène leur musique pop/folk et leur textes poético-cyniques. 
Et là, leur naturel est saisissant : entre les chansons, ils se paient des délires assez incroyables avec le public, à base notamment de blagues potaches qu’on aurait honte de voir s’ébruiter. Mais ça tombe bien, on était entre nous.
Côté prestation, leur concert est très fidèle (trop fidèle ?) à ce que l’on peut entendre sur leurs albums. Donc, si on a été conquis chez soi, on le sera tout autant au moins en live. Et rien que pour atmosphère détendue, la simplicité des artistes, et l’ambiance bon enfant du public qui reprend les chansons en choeur, ce concert-là fait du bien.

Lilly Wood & The Prick

Nous sommes le 1er juin et, à la différence des deux précédents concerts, je ne connais que très peu Lilly Wood & The Prick, si ce n’est leur chanson « This is a love song » qui me promettait de bonnes choses. C’est donc davantage par curiosité que j’avais pris mes places pour aller les voir à l’Olympia ce soir-là.
Et je ne l’ai pas regretté : certainement le meilleur concert de cette année pour moi. L’alchimie entre Nili la chanteuse et Benjamin le guitariste est incroyable, leur rock dépote sur scène et ils ont su embarquer tout le public dont l’adhésion était totale. Entre les chansons, on sentait Nili émue à la fois de cette relation particulière et aussi de jouer dans un tel endroit. Lily Wood est vraiment un groupe à suivre et je ne peux que vous conseiller de les voir en live.

Katie Melua

C’est de nouveau poussé par la curiosité que je suis allé à l’Olympia le 6 juin pour voir sur scène Katie Melua, dont je connais bien quelques chansons, mais pas beaucoup plus.
Je savais donc que l’ambiance serait plus calme que celle connue lors des concerts précédents. Et pour tout avouer, c’était en effet peut-être même un peu trop calme pour moi. Mais qu’importe, la voix de Katie Melua est vraiment très belle et ce fut pour moi l’occasion de découvrir l’Olympia dans une toute autre atmosphère : pas de fosse, les gens plus habillés qu’à l’ordinaire, et toutes les générations représentées dans le public qui venait écouter Katie Melua comme on vient assister à un récital.

Stéphane Rousseau

Nous finissons avec quelque chose de complètement différent puisqu’après quatre concerts, c’est au one-man show de Stéphane Rousseau que j’ai assisté le le 21 octobre.
Je ne connaissais de lui que ce que j’avais pu en voir à la télévision, lors d’interventions dans des émissions d’humour ou dans ses duos avec Franck Dubosc mais le personnage me faisait rire.
La scène est encore mieux car elle permet à Stéphane Rousseau d’exprimer tous ses talents : d’humoriste (car il est vraiment très drôle, voire délirant), mais aussi de dessinateur, de danseur, de chanteur (il parodie « si j’étais un homme » de Diane Tell qui devient « si j’étais une femme » et reprend beaucoup plus sérieusement et non moins brillamment « Creep » de Radiohead)…
Ses sketches touchent à tous les thèmes derrière lesquels on sent l’inspiration autobiographique ; la naissance (de son fils) et la paternité, les racines québécoises, la maladie et la mort (de son père notamment)… parfois dans l’humour noir, parfois avec émotion, mais toujours avec finesse et drôlerie.
Si vous êtes en recherche d’un bon one-man show, « Les Confessions de Rousseau » sont pour vous.

En écrivant cette petite rétrospective, je me suis rendu compte que les trois groupes français que j’ai évoqués chantent tous en anglais. Il semble que les artistes français soient décomplexés de ce côté)là et cela donne en tout cas de très bonnes choses.
Un autre point commun que partageaient ces artistes français : ils étaient sincèrement contents, voire émus de jouer à l’Olympia qui continue vraisemblablement de représenter un lieu spécial pour eux. Alors si vous voulez partager ça en 2012, la programmation est ici !

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s