Sur Twitter, Barack Obama mobilise les citoyens contre la crise de la dette

Hier, l’équipe de Barack Obama s’est livrée a un exercice complètement inédit sur Twitter via la compte du Président.

Replaçons le contexte. Aux Etats-Unis, une crise de la dette menace. La loi américaine autorise le gouvernement à s’endetter jusqu’à un certain plafond, qui est d’ailleurs régulièrement relevé. Cette fois, le dette atteint près de 100% du PIB et, au Congrès, démocrates et républicains ne parviennent pas à se mettre d’accord sur une élévation du plafond de la dette. Si aucun accord n’est trouvé au 2 août, les Etats-Unis risquent le défaut de paiement pour la première fois de leur histoire. Avec toutes les conséquences financières et économiques qui s’ensuivent…

Ainsi, ces dernières semaines, Barack Obama ne cesse de s’activer, de négocier, et de faire pression sur les républicains pour qu’ils acceptent un compromis. Et hier, sur Twitter, il a tout simplement invité les Américains à solliciter les comptes Twitter de leurs élus républicains pour les appeler à accepter une solution bi-partisane.

Tout a commencé avec ce message envoyé à ses abonnés (près de 10 millions) : « Tweet at your Republican legislators and urge them to support a bipartisan compromise to the debt crisis. »

S’il s’était arrêté là, on aurait déjà assité à une innovation en communication politique : appeller des citoyens à mobiliser ses adversaires politiques pour trouver un consensus.

Mais, l’équipe présidentielle est allé beaucoup plus loin. Pendant 5h, elle a donné Etat par Etat, de l’Alaska au Wyoming, le nom des comptes des élus républicains à qui les utilisateurs de Twitter devaient s’adresser. Au total, des centaines de tweets, chacun re-twitté (relayé) plus d’une centaine de fois (peut-être plus, Twitter ne laisse pas savoir le nombre au-dessus de 100).

Une vraie machine de mobilisation politique, jamais vue jusqu’alors. Je suis persuadé que, chez Twitter, on a pu observer un pic d’activité important sur ces quelques heures.

Pour quels résultats ?

Je suis allé vérifier les comptes républicains cités par Obama et, bien évidement, ils ont chacun reçu des dizaines (voire plus) de messages d’utilisateurs de Twitter. Beaucoup appelant au compromis, et d’autres à ne pas se compromettre. On ne pouvait bien sûr pas s’attendre à une unanimité, et c’est un gigantesque débat sur la crise de la dette qui s’est déroulé sur Twitter. Et une chose est certaine, c’est que jamais – pour l’immense majorité d’entre eux – les comptes de ces républicains n’ont été autant sollicités.

Alors cela peut poser certaine questions quant à la stratégie de l’équipe Obama sur ce coup-là. Effectivement, dans la démarche, Obama a fait la promotion des comptes de ses adversaires politiques qui n’espéraient sans doute pas voir leur nom cité par le Président aux 10 millions d’abonnés.

Surtout que, dans le même temps, Barack Obama en a perdu lui des abonnés. Et oui, en envoyant des centaines de messages en quelques heures, il en a fatigué certains qui l’ont vécu comme une opératon de spams. Du coup, on a pu observer une diminution du nombre des followers de Barack Obama au fur et à mesure de ses tweets. Certains parlent de 30.000.

Très franchement 30.000 abonnés, quand on en compte près de 10 millions, c’est une goutte d’eau. Et un tel écho valait bien le sacrifice d’une goutte d’eau qui faisait certainement partie des moins favorables au Président dans l’océan de ses abonnés.

De même, il a peut-être dopé les comptes de ses adversaires, mais peu importe. Il apparait ici comme l’initateur de la dynamique, celui qui contrôlait ce qu’il se passait alors sur le réseau, celui qui donnait le tempo et distribuait la parole, celui qui a fait naître le débat et l’a animé. C’est énorme.

Alors, la pression exercée sur ses adversaires républicains a-t-elle été suffisante pour les pencher vers une décision ? Aura-t-elle joué un rôle dans un éventuel compromis bi-partisan à venir ? Difficile de le savoir. Peut-être même impossible.

Mais une chose est sûre, Barack Obama a franchi un pas de plus dans l’utilisation des outils communautaires, dans la perception que l’on peut avoir de Twitter, et dans la mobilisation directe des citoyens via les réseaux.

3 réflexions au sujet de « Sur Twitter, Barack Obama mobilise les citoyens contre la crise de la dette »

  1. Impressionnant effectivement. je n’avais pas entendu parler de cette opération. Quand les réseaux sociaux deviennent des machines de guerre. Ca fiche la trouille.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s