Paroles de Français, actes d’Egyptiens

Intéressant télescopage médiatico-politique ce jeudi soir.

Sur TF1, on en parlait depuis des jours, c’était la tant attendue deuxième saison de « Paroles de Français », réunissant le Président de la République entouré d’honnêtes citoyens venus poser leurs questions. Et j’insiste sur « leurs » car Nicolas Sarkozy ne les connaissait pas ces questions, c’est Jean-Pierre Pernaut qui l’a dit.
Au casting cette année : l’étudiant, l’agriculteur, le soudeur du chantier naval de Saint-Nazaire, la pharmacienne, le mari d’une femme atteinte de la maladie d’Alzheimer, etc. Toutes ces figures de « Français normaux » auxquelles les téléspectateurs sont censés s’identifier comme il est d’usage dans tout programme de télé-réalité digne de ce nom. Ces neuf Français et leurs questions doivent nous aider à évaluer le Président que nos votes maintiendront ou feront sortir du château dans 14 mois.

Dans le même temps et un peu plus loin, en Egypte, un autre grand direct continuait de se dérouler depuis plus de deux semaines. Et, sacrilège, on apprenait en fin de journée que leur Président à eux, Hosni Moubarak, allait également prendre la parole dans la soirée.
Attendu à 19h30, puis 20h, 21h… c’est finalement à 21h45 que les chaînes d’information diffusent en direct son discours dans lequel il annonce transférer ses pouvoirs au vice-président tout en conservant son poste et en affirmant que les événements n’ont rien à voir avec sa personne. Sur la place Tahrir, la foule gronde.

En face, Nicolas Sarkozy répond aux inquiétudes des Français qui resteront de toute façon inquiets. C’est d’ailleurs pour cela qu’on n’a pas ré-inviité ceux de l’an dernier, parce que les problèmes qu’ils ont exprimé à ce même président il y a un an sont les mêmes problèmes auxquels ils restent confrontés aujourd’hui. Ca aurait été gênant de montrer aussi crûment qu’il n’y a pas de véritable raison d’être optimiste. Restons plutôt sur cette impression que des efforts politiques sont faits et qu’il y a de potentielles solutions (oui oui, là- bas, au fond à gauche).

Ainsi, Nicolas Sarkozy use encore du même ton, de la même rhétorique et des mêmes arguments. Il tourne en boucle depuis 2002. Et dans une boucle, point d’issue. Le problème, c’est que ces Français qui nous représentent ne savent pas qui d’autre pourra leur indiquer cette issue, jusqu’à douter de son existence.

Sur TF1, le blocage de la France apparaissait d’autant plus flagrant que c’est sur les chaînes internationales que soufflait le vent du changement.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s