Wikileaks, les gentils et les méchants

Wikileaks est un phénomène. Un phénomène d’abord diplomatico-médiatique, et chaque jour un peu plus politique, philosophique et sociétal. Et tout le monde a un avis. Il suffit de de jeter un oeil à la profusion de billets consacrés au sujet pour s’en rendre compte.
Wikileaks fascine. D’abord en raison de la mission qui est la sienne : révéler en masse des documents politiques, économiques, juridiques ou militaires secrets pour les porter à la connaissance de tous et assurer une transparence planétaire. Il fascine ensuite par la figure du héros mystérieux qui l’incarne, Julian Assange.

« Héros »… Ce qui me fascine particulièrement, c’est le champ lexical qui entoure les débats Wikileaks : héros, criminel, transparence, dictature, secret, vérité, bien, mal… Bien ou mal ? Tous ceux qui sont amenés à donner leur opinion répondent à cette question manichéenne : Wikileaks, c’est bien ou c’est mal ? Julian Assange est-il un héros ou un irresponsable ? Révéler des secrets diplomatiques représente-t-il un danger pour l’équilibre des relations internationales ou un espoir pour leur démocratisation ?

On trouvera certes de très bons billets sur le bien fondé (par Pierre Chappaz par exemple) ou non (chez Koz ou l’Hérétique notamment) des agissements de Wikileaks.

Malheureusement, je crois que l’on se trompe de débat.

Ce n’est pas la question de la légitimité de Wikileaks qu’il faut se poser. Wikileaks est là et bien là. Il diffuse des données que des organes de presse dits plus « traditionnels » viennent transformer en information.

Non, la question qu’il faut se poser est plutôt la suivante : pourquoi l’émergence d’un organe de renseignements comme Wikileaks ? Car si Wikileaks finissait par disparaître sous les coups multipliés de ses assaillants, un autre wikileaks prendrait immanquablement le relai demain.

Alors pourquoi ? Certains répondraient que c’est internet qui a engendré cette bête recrachant les secrets d’Etat en un flot impressionnant. Internet qui s’érigerait ainsi un peu plus en contrepoids des pouvoirs politiques, le lieu où tout peut-être dit par tout le monde et pour tout le monde.
Pas complètement faux, mais sur un seul point : si Internet a pu favoriser l’émergence d’un Wikileaks, c’est uniquement pour les facilités techniques qu’il représente. C’est le seul média permettant une diffusion facile, immédiate, sans intermédiaire et accessible au plus grand nombre, pour peu que le diffuseur soit bien organisé.

Et si Wikileaks n’était qu’une réaction plutôt qu’une provocation ? Les analyses font la part belle à la dictature de la transparence motivée par des pulsions anarchistes, mais on pourrait très bien se demander si ce désir de transparence ne trouverait pas ses fondements dans une overdose d’opacité.
Wikileaks n’est pas né avec Internet et ses développements. Wikileaks est le produit d’une époque où la sérénité et l’optimisme ne font pas partie du langage quotidien. Nombreux sont les citoyens qui se sentent trompés, qui réalisent qu’on ne leur dit pas la vérité, parfois qu’on les manipule. Si, malgré cela, leur avenir leur apparaissait ouvert, ils s’en accommoderaient. Mais ce n’est pas le cas.

Wikileaks traduit une crise de confiance envers les pouvoirs politiques, une crise de confiance qui a dépassé les frontières et s’est organisée pour revendiquer davantage de clarté, davantage de lisibilité.
Au-delà des positions de chacun, pourfendeurs ou défenseurs, il faut bien reconnaître en tant que tel ce à quoi aspire Wikileaks. Demain, ce sera peut-être Wikileaks peut-être un autre, pourquoi pas plusieurs organes de renseignements de ce type. Ce qui est certain, c’est qu’ils continueront d’exister et seront d’autant plus puissants que l’opacité ambiante sera oppressante.

Une réflexion au sujet de « Wikileaks, les gentils et les méchants »

  1. Ping : Tweets that mention Wikileaks, les gentils et les méchants « Les Tentatives -- Topsy.com

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s