Thierry Roland m’a éduqué

Hier soir, j’avais le choix pour m’offrir une dose de programme culturel.

J’aurais pu allumer France 2, écouter Laurent Delahousse me livrer les derniers secrets de Romy Schneider dans « Un jour, un destin » et parfaire ainsi ma connaissance de cette grande figure du cinéma à la tragique existence.

J’aurais pu me laisser prendre par une autre chaîne publique, France 3, qui diffusait un « Molière » interprété par le toujours très bon Romain Duris (quoique peut-être pas dans celui-là du coup, je ne saurai jamais…)

Finalement, j’ai choisi le foot. Faut dire que la vraie caution culturelle elle-même, Arte, diffusait une série alors bon, je ne vois pas pourquoi j’aurais fait l’effort de me taper une heure et demie de Romy ou de Romain. Et puis, si ajouter ma paire d’yeux peut contribuer à gonfler l’audimat de M6 et ainsi emmerder TF1 qui n’avait pas la diffusion de ce match de l’équipe de France, alors je me dévoue.

[Oui car, je l’avoue, à ce moment-là je n’étais pas hyper optimiste sur le plan purement sportif quant à une victoire de la Ruine Team du Mondial africain pour ajouter à la misère de TF1.]

Eh bien, vous savez quoi ? Basculer sur un match de football commenté par Thierry Roland m’a rapproché de la culture. Mieux (ou pire, c’est selon), c’est Thierry Roland lui même qui m’en a rapproché…

C’est allé très vite. Au bout de quelques secondes, le commentateur a eu besoin d’un adjectif pour désigner les joueurs de Bosnie. Et là, stupeur, le mot « bosnien » est sorti de sa bouche.
Immédiatement, la France s’affole. Les remarques sarcastiques pleuvent sur Twitter, au téléphone on se lance déjà des « t’as vu ce qu’il a dit Thierry Roland…?! » Et la défense du lapsus ne peut même pas être invoquée tant l’adjectif est répété avec une conviction sans égale…

Et puis la mi-temps nous a délivré de cette situation inconfortable quand le maître ès commentaires et petites phrases a tenu à nous expliquer cet engagement grammatical : « bosnien » désigne effectivement un habitant de Bosnie-Herzégovine, tandis que « bosniaque » se réfère à un peuple ethnique.

[En réalité, je n’avais pas attendu la mi-temps pour trouver la réponse sur internet mais c’est pour les besoins du récit hein.]

Je ne suis pas très fier d’avoir ignoré cette différence jusque là, d’autant qu’un de mes meilleurs amis est bosniaque, euh bosnien, enfin vous voyez… Mais, moralité de cet intermède culturel, n’oublions pas que l’on peut apprendre n’importe quand, n’importe où et de n’importe qui. Même de Thierry Roland. Aïe.

Une réflexion au sujet de « Thierry Roland m’a éduqué »

  1. Ping : Tweets that mention Thierry Roland m’a éduqué « Les Tentatives -- Topsy.com

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s