Pauvre scénar pour les César

Samedi soir, j’ai regardé les César. On le sait, chaque année pleuvent les scuds venus de téléspectateurs et autres professionnels du petit écran s’acharnant sur une cérémonie au choix convenue, ennuyeuse ou complaisante dans l’auto-congratulation, ces trois tares n’étant malheureusement pas incompatibles.

Mais en plus du cinéma, j’aime le risque. Quoi de plus normal donc que de me retrouver devant Canal + et d’aller jusqu’au bout des choses en me chauffant avec les questions de Laurent Weil posées aux acteurs de la soirée devant le Théâtre du Châtelet ? Ah Masochisme !

Pour être tout à fait honnête, j’avais fondé de bons espoirs en cette édition 2010. En même temps, je crois bien que je trouve quasiment chaque année une source de motivation pour affronter l’inéluctable : la présence d’une actrice (voire de plusieurs) devant laquelle ma mâchoire est à l’état pendant, l’envie de voir un film coup de cœur récompensé  comme il se doit, ou encore un sketch des Robins des bois venu enlever le bâton enfoncé dans l’anatomie du cinéma français.

Samedi soir, mon moteur était l’association Gad Elmaleh/ Valérie Lemercier choisie pour animer la cérémonie et y mettre un peu de folie… Oui, et ben non. Connaissant leur talent (en tout cas sur scène, précision importante), on était en droit de s’attendre à un festival de blagounettes et autres calembours venus d’ailleurs pour rythmer la soirée et insuffler un vent chaleureux dans les rangs habituellement tendus du théâtre du Châtelet… Il n’en fut rien. Comme dirait l’autre, ça a fait pschitt. Les deux comédiens, dans leur tentative de complémentarité n’ont finalement réussi qu’à fusionner dans l’effacement. Il va falloir songer à nous rendre Édouard Baer.

Un déroulé pauvre dans la forme et sans surprise dans son contenu. Un Prophète a tout raflé et Isabelle Adjani a eu sa récompense.

Le film Jacques Audiard mérite amplement ses neuf César, cela ne fait aucun doute. Là où l’addition des trophées devient plus gênante pour Un Prophète, c’est quand Tahar Rahim reçoit à la fois le titre de « meilleur espoir masculin » et celui de « meilleur acteur ». Aussi épatant soit-il, le distinguer dans ces deux catégories a priori exclusives relève du non-sens, et on aurait aimé (enfin pour ma part) voir François Cluzet consacré meilleur acteur avec sa double-nomination. Tant pis.

Quant à La Journée de la Jupe, je n’ai pas eu l’occasion de le voir. Mais à en croire ce que j’ai pu lire, la performance d’Isabelle Adjani justifie son César de meilleure actrice et par la même occasion son retour symbolique au premier plan du cinéma français. D’ailleurs, ses qualités d’actrice, elle a pu les amener jusque devant ses pairs et en faire la démonstration sur scène en recevant son prix. Tellement d’émotion qu’on n’arrivait pas à la lever de son siège et qu’on se demande comment ses remerciements ont pu être finalement autant maîtrisés.

Je passe sur le « J’ai la patate » de Laura Smet, la non-robe de Laëtitia Casta, la prestation « what the fuck » de Jeanne Balibar (encore sorry Harrisson) ou encore la chanson « AR-TI-SANS, on est des ar-tisans » scandée par nos deux maîtres de cérémonie en manque d’efficacité fédératrice et érigée en une sorte d’hymne final aux accents de soirée des Enfoirés. J’ai cru un instant m’être trompé de soirée.

Mais c’est peut-être Canal + qui s’est trompé de soirée. « La soirée de l’étrange », c’était sur TF1.

Réveille-toi Académie des César. 3,3 millions de téléspectateurs en 2005, 2,2 millions en 2009, 500 000 de moins cette année. A ce rythme là, tu es en voie d’extinction. Et c’est un suicide collectif.

2 réflexions au sujet de « Pauvre scénar pour les César »

  1. Pas mieux.
    Ce billet sonne parfaitement juste.
    Face à un show aussi décevant, il valait encore mieux être deux que seul devant sa télé.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s