Lelouch, flashmob et chabadabada

Le cinéma est marqué par les beaux films, par ceux qui ont connu un véritable succès populaire (et ce ne sont pas forcément les mêmes) mais certains vont au-delà en parvenant à créer autour d’eux une véritable légende. Parfois, cette légende a besoin d’être entretenue pour perdurer. Ce dimanche, c’est cet objet qu’avait Claude Lelouch en tête en invitant les amants anonymes à venir rejouer devant sa caméra la mythique scène du baiser de son film « Un homme et une femme » sur la plage de Deauville.

C’est donc sous la forme hyper tendance du flashmob que le réalisateur a décidé de faire revivre son œuvre près de 45 ans plus tard. Tous les ingrédients sont présent : convocation de la foule, un lieu public, une mobilisation éclair pour réaliser une action convenue d’avance.

Et tout le monde y trouve son compte. Claude Lelouch, bien sûr, qui fait raisonner son chabadabada dans les médias et qui trouve là une belle scène originale pour insérer dans son prochain film. Mais aussi la Ville de Deauville, qui co-organisait cette manifestation dans le cadre de son 150è anniversaire et qui trouve là une belle vitrine de communication bien préparée par le metteur en scène : « Depuis 45 ans, toutes les semaines, on s’apercevait que des gens venaient jouer « Un homme et une femme » à Deauville, à l’endroit même où Anouk et Jean-Louis se retrouvaient dans le film. C’est devenu un lieu incroyable« . De la mythification d’un film et d’un lieu…

[D’ailleurs, même sans être accompagnés, certains se prenaient à rejouer seuls la scène en question : la preuve ici]

Il est 11h30 ce dimanche 14 février, il fait un temps magnifique sur la plage de Deauville : zéro degré, soleil radieux et ciel parfaitement bleu. Comme un temps idéal pour mieux participer à cet accomplissement de légende. Beaucoup de gens – bien plus que je ne l’avais imaginé – stationnent sur les non moins mythiques planches autour de la Mustang ressortie pour l’occasion. Claude Lelouch donne quelques interviews aux nombreux journalistes présents avant de prendre le micro pour annoncer les règles du jeu et mettre en place les participants. Je me glisse avec les journalistes, derrière lui, pour avoir la meilleure vue d’ensemble.

(Philippe, c’est Philippe Augier, Maire de Deauville)

Les hommes d’un côté, les femmes de l’autre. Au signal de Lelouch, les deux rangs s’élancent l’un vers l’autre, se rencontrent se retrouvent et s’embrassent… Chabadabada chabadabada…

C’est beau hein ? Il fallait bien un peu d’ambiance shamallows en cette journée de St Valentin. Je n’aurais d’ailleurs jamais cru me retrouver dans une manifestation qui y soit liée de près ou de loin. Bon allez, au moins on aura eu droit a une expérience originale et sympathique dans cette journée habituellement mielleuse et sans surprise. Et n’oubliez pas, c’était pour la bonne cause, pour une ville, pour un film, pour la légende.

Publicités

4 réflexions au sujet de « Lelouch, flashmob et chabadabada »

  1. As-tu fait partie des personnes qui rejouaient la scène de la course sur la plage seuls alors ?
    J’attends le numéro d’Alessandra avec impatience sinon #pasdoris

  2. Partir à Deauville rejouer une scène de baiser, sans ta Valentine, c’est à la limite de la faute éliminatoire. La narguer ensuite sur Twitter, ça frôle l’exclusion définitive, voire même l’unfollowing. J’attends de voir comment tu pourras te rattraper. J’ai confiance en toi.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s