Non-choix et tentative d’écriture

J’ai l’air malin avec mes deux misérables billets sur mon blog. Ceci dit, deux billets en 8 jours, ce n’est pas si mal. Surtout si l’on omet de préciser qu’ils ont été écrits à la naissance même de cet espace… Ah ces fameux premiers jours, ceux des débuts d’une nouvelle aventure dans laquelle on fonce tête baissée parce que ça y est, on a eu le déclic et pris la décision de se lancer !

Quel bel élan… tentative bien vite ralentie !

Ce qui me freine, ce n’est pas le temps. On a beau avoir l’impression d’être en manque de minutes pour s’adonner à quelques lignes de pianotage sur clavier, le temps c’est comme le reste, ça s’organise. N’allez pas croire que je donne des leçons, là c’est plutôt du domaine de l’auto-persuasion : « oui, à l’avenir, je prendrai le temps d’organiser mon temps ».

Ce qui me freine, je ne crois pas que ce soit le support. Cela fait un bail que je me pose la question de savoir si je dois écrire pour le web ou pour ce vénérable objet qu’on appelle livre. Apparemment, j’ai choisi la première option (non, vraiment, je ne vois pas de page à tourner là), même si j’ai essayé la 2ème il y a quelques temps. Mais au bout du compte, je sais que je ne l’ai pas abandonnée non plus cette alternative car j’y reviendrai, peut-être plutôt que je ne le pense. Il faut donc croire que j’ai fait le choix du blog et du bouquin ; parler ainsi de non-choix me paraît plus approprié.

C’est probablement cela qui me freine, le non-choix. Cette capacité formidable(ment débile ?) que j’ai à m’empêcher de laisser quelque chose sur le bord de la route de l’écriture. Et si j’abandonnais quelque chose de précieux ? Quelque chose qui me ferait défaut plus tard et que je ne pourrai plus retrouver parce que je m’en serais séparé dans un moment fougueux et insouciant de ma jeunesse. Et si quelqu’un le ramassait derrière moi pour en faire ce en quoi je n’avais pas cru ? Tant mieux pour lui et tant pis pour moi, certes. Mais la tentative personnelle qui se joue là, c’est de faire en sorte que l’idée qui est laissé à l’écart ne se convertisse pas dans un second temps en une source intarissable de regrets.

Digression incontrôlée, incontrôlable, sur mes non-choix en écriture (paradoxalement absents de ma vie quotisienne) pour en venir simplement au fait que je n’arrive pas à m’arrêter sur un sujet pour fixer un billet entre ces balises HTML ! Beaucoup trop gravitent autour de moi. La solution aurait été de trouver une thématique bien définie à cet espace mais là encore, je me serais senti enfermé, incapable de pouvoir toucher à quelque sujet que ce soit resté en dehors du cadre autoritairement tracé.

Me voilà auto-prévenu : soit je continuerai ici à prendre mon temps, soit je deviendrai autoritaire avec moi-même.

Advertisements

8 réflexions au sujet de « Non-choix et tentative d’écriture »

  1. Tu as l’espace, la forme, le temps… Te manquent donc l’obstination (car je sais que l’envie brute est bien là) et le thème. Que dire, ouvre les yeux, écoute, les sujets ne manquent pas. Tout est prétexte à broder et souvent une chose en amène un autre. Et puis je dois avouer que la digression est certes une pente dangereuse pour la compréhension d’un texte mais elle offre tellement de plaisir à son auteur que ce serait dommage de t’en priver. Après tout, tu es ici chez toi.

    Tu as l’avantage d’une plume qui glisse et qui te permet de « narrer » plus qu’illustrer, analyser; adonne-toi simplement à raconter… Tu es là pour tenter et non pour réussir. Ne te contrains pas, tu n’as pas d’obligations, seulement des lecteurs impatients et du plaisir à prendre.

  2. Nemo ? C’est toi ?!
    Le non choix c’est aussi le monde des possibles, le temps de murissement, la route dégagée et prête a recueillir tes écrits… Profite ! #lautoritévientaprès

  3. Arf, je te comprends TELLEMENT. Même problématique de mon côté… Et si on prenait le temps d’aller vite? (oui, je travaille dans la com, on en est tous au même point).

  4. @Olivier Merci pour tes encouragements, obstination et narration seront mes maîtres-mots!
    @Mathidle Bon au moins moi je n’ai pas la dyslexie :p
    Mais tu dois avoir raison quant au monde des possibles, je vais tâcher de l’explorer un peu.

  5. Bon les filles (aka Flo et Todac) point de tergiversations, faut plonger la tête la première, personne n’en est mort et quand bien même vous vous laisseriez le temps de tâter l’eau du pied, savourez, au lieu de vous flagellez. On ne bouge pas. On vous attend. Au plaisir de vous lire en plus de 140 caractères…
    #mamiespeaking

    • C’est mignon #mamiecoach ^^
      Mais oui la métaphore est bien trouvée… Bien que l’on aie rarement vue eau plus chaleureuse pour vous accueillir (si je puis me permettre)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s